Covid-19 : Tout savoir sur le dépistage en Pays de la Loire

Article
Visuel
Comment est organisé le dépistage en Pays de la Loire ? Qui est prioritaire ? Où se faire tester ? Que faire si mon test est positif ?... Retrouvez toutes les informations sur cette page.
Corps de texte

La stratégie de dépistage mise en place au niveau national vise à prioriser les situations les plus à risque de diffusion du virus et nécessitant une prise en charge rapide afin d’identifier les « contacts à risque » des personnes dont le test est positif, de les isoler et de leur prescrire un test à leur tour. L'enjeu est de casser le plus rapidement possible les chaines de contamination et ainsi de lutter contre la propagation de l’épidémie.

Il est demandé aux laboratoires de biologie médicale de donner la priorité aux situations suivantes :

Personnes avec prescription médicale, personnes symptomatiques, personnes identifiées « contact à risque » par un médecin, par l’Assurance Maladie ou l’ARS, professionnels de santé. Pour ces personnes, l’objectif est de réaliser l’examen sous 24 heures et de délivrer le résultat dans les 24 heures suivantes.

 

Toutefois, le dépistage peut s'avérer nécessaire en dehors de ces situations, y compris pour des personnes ne présentant pas de symptômes (qui peuvent être porteuses du virus et le transmettre sans le savoir). Une personne qui pense avoir été exposée à un risque de contamination (ex. : rassemblement familial ou amical sans port de masque) ou qui réside dans un territoire où le virus circule plus activement doit aussi se faire tester.

Pour ces personnes, le délai de dépistage et de remise du résultat dépend des capacités du laboratoire contacté, une fois les personnes prioritaires traitées.

Si une personne est « contact à risque » d’une personne testée positive, ou si elle a été exposée à une situation à risque, elle doit attendre 7 jours après l’exposition au risque pour se faire dépister.

Si elle est malade, elle doit réaliser le test le plus rapidement possible.

Non, il n'est pas nécessaire d'avoir une prescription médicale pour réaliser un test de dépistage de la Covid-19.

Toutefois, disposer d'une ordonnance permet d'être prioritaire pour obtenir un rendez-vous pour un test.

Si une personne est identifiée comme "contact à risque" par son médecin traitant, par l'Assurance Maladie ou par l’ARS, elle doit présenter lors du test une pièce d’identité (une ordonnance n'est pas nécessaire) qui permet au laboratoire de retrouver son nom au sein du répertoire des contacts à risque que les services de l’Assurance Maladie lui auront transmis.

L’ensemble des sites effectuant (sur rendez-vous) des tests de dépistage de la COVID-19 sont répertoriés sur le site Santé.fr, accessible via le lien : https://sante.fr/  ou via la carte ci-dessous.

 

Le site internet de l’ARS Pays de la Loire répertorie également les campagnes de dépistage (le plus souvent sans rendez-vous) : https://www.pays-de-la-loire.ars.sante.fr/covid-19-les-campagnes-de-depistage-en-pays-de-la-loire

Le patient doit se présenter au lieu de dépistage avec :

  • une prescription médicale s'il en a une ;
  • une carte Vitale ou une attestation de sécurité sociale ;
  • une pièce d’identité ;
  • un masque.

Un test virologique de dépistage de la COVID-19 coûte 54€ et est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie (sans avance de frais pour le patient).

Les résultats sont envoyés au patient dans les meilleurs délais, selon les modalités indiquées par le professionnel de santé qui réalise le test. Il est aussi possible de consulter les résultats en se connectant au portail Cyberlab® grâce au lien transmis au patient par courriel lorsque les résultats sont disponibles.

En attendant les résultats du test, il faut limiter ses contacts extérieurs* et appliquer rigoureusement les gestes barrières.

* En cas de symptômes ou si l'on est identifié·e par son médecin, par l'Assurance Maladie ou par l'ARS comme « contact à risque » d’une personne testée positive, on s’isole à son domicile et on évite les contacts avec les autres occupants du logement.

Le respect de la période d’isolement dès l’attente des résultats (pour les personnes symptomatiques ou contact à risque) et jusqu’au terme de la quarantaine est un geste citoyen, qui peut être contraignant, mais qui est indispensable pour limiter la propagation du virus et protéger les personnes fragiles, principales victimes de la maladie de la COVID-19.

 

  • Si j’ai été en contact avec une personne porteuse de la COVID-19 :

Il est encore possible que je développe la maladie dans les jours qui viennent. Je reste donc isolé·e chez moi pendant la durée qui m’a été indiquée par l’Assurance Maladie, en respectant strictement les gestes barrières.

  • Dans les autres cas :

Je peux reprendre mes activités tout en continuant à appliquer les gestes barrières. En cas d’exposition à risque, j’attends 7 jours et je refais un test. Dans l’attente, je porte un masque et je respecte la distance d’1 mètre avec les autres.

  • Je reste chez moi et je m’isole pour éviter de contaminer les autres occupants du domicile.

Je vais être contacté·e par l’Assurance Maladie qui me précisera la durée de cet isolement et me prescrira un arrêt de travail si nécessaire.

En cas de difficulté à m’isoler à mon domicile, un hébergement peut m’être proposé sous certaines conditions (présence de personnes vulnérables au sein du foyer, fort risque de contamination des autres membres du foyer…).

  • Je prépare la liste des personnes avec qui j’ai été en contact (entourage familial, amical ou professionnel) :

- 48h avant l’apparition de mes symptômes
- ou, si je n’ai pas de symptômes, dans les 7 jours précédant la date de mon prélèvement.

Cette liste (noms, prénoms, dates de naissance, coordonnées - de préférence numéro de téléphone) me sera demandée par l’Assurance Maladie qui contactera ces personnes afin qu’elles s’isolent, surveillent leur état de santé et se fassent tester à leur tour.

  • Pendant la période d’isolement, j’applique les consignes suivantes :

- Je porte un masque en présence d’une personne dans la même pièce.

- Je me tiens à plus d’1 mètre des autres personnes et limite mes discussions à 15 minutes.

- Si possible, je m’installe dans une chambre à part et j’utilise des toilettes séparées.

- Je ne partage pas mes objets de tous les jours (téléphone, couverts, serviette de toilette…).

- Je me lave les mains régulièrement à l’eau et au savon.

- J’utilise des mouchoirs à usage unique et je me lave les mains après utilisation.

- Si je suis seul·e, je demande de l’aide pour mes courses et invite la personne à déposer celles-ci sur le palier après utilisation. 

- Je ne reçois pas à mon domicile les personnes fragiles à risque de forme grave*.

* Personnes de plus de 65 ans, malades chroniques, personnes présentant une obésité importante, femmes enceintes au 3ème trimestre de grossesse…

 

En ce qui concerne mon logement :

- Je nettoie et je désinfecte les surfaces que j’ai touchées.

- Je place mes déchets (mouchoirs, masques, etc.) dans un sac en plastique, puis je les jette dans la poubelle « ordures ménagères ».

- Je lave mon linge (draps, serviettes) à 60° minimum au moins 30 minutes.

- J’aère mon logement en ouvrant les fenêtres au moins 10 minutes plusieurs fois par jour.

 

Informations sur les tests virologiques (RT-PCR) et les tests sérologiques

Les tests virologiques (par RT-PCR) permettent de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test, grâce à un prélèvement par voie nasale, et de mettre en œuvre de mesures nécessaires pour casser la chaîne de transmission (isolement de personne principalement).

C’est une technique robuste et éprouvée pouvant être mise en route soit de façon individuelle sur des équipements de relativement petite taille assez décentralisés, soit de façon collective en utilisant des automates à haut débit centralisés. La RT-PCR constitue le socle du diagnostic Covid-19 tout au long de l’épidémie.

Il se fait sous la forme d’un prélèvement nasal et peut occasionner une légère gêne dans le nez. Il ne dure que quelques secondes. Un échantillon est prélevé dans le nez grâce à un long coton-tige, appelé écouvillon. Une fois récupéré, l'échantillon est scellé puis analysé par le laboratoire.

Ces tests sont intégralement pris en charge par l’Assurance maladie. Le patient qui doit effectuer ce dépistage est orienté vers le centre de prélèvement le plus proche.

 

Qui peut-se faire dépister ?

Les indications pour la réalisation de dépistages par RT-PCR sur la région Pays de la Loire ont été étendues au fur et à mesure pour répondre aux objectifs de :

  • dépister toutes les personnes présentant des symptômes évoquant une infection à la Covid-19 ainsi que toutes les personnes identifiées comme ayant été en contact avec un cas confirmé ;
  • stopper les chaînes de transmission aussi précocement que possible, en particulier en investiguant largement les foyers de contamination qui émergent ;
  • renforcer les opérations de dépistage dans les établissements hospitaliers, les structures d’hébergement collectif et dans des milieux professionnels confinés ;
  • aller au-devant des personnes qui hésitent parfois à se faire dépister, notamment de celles et ceux qui sont le plus éloignés du système de santé.

Qu'est-ce que le test sérologique ?

Les tests sérologiques, complémentaires aux tests virologiques par RT-PCR, détectent la trace immunitaire de la rencontre du patient avec le virus.

Ces tests sont réalisés par prélèvement sanguin. Leur intérêt majeur est de pouvoir déterminer si les personnes testées ont été en contact avec le virus, même sans avoir eu de symptômes, en recherchant la présence d’anticorps (spécifiquement, d’IgM et/ou d’IgG) dans le sang ou le sérum.

Plusieurs types de tests sérologiques existent. A l’heure actuelle, seuls les tests sérologiques réalisés en laboratoire (tests automatisés dits « ELISA » et tests de diagnostic rapide par immunochromatographie) sont préconisés et font l’objet d’une prise en charge par l’Assurance Maladie.

 

Dans quels cas réaliser un test sérologique ?

Les tests sérologiques ne sont recommandés que dans certaines indications limitées au diagnostic de rattrapage ou en complément d’une RT-PCR négative :

  • Pour le diagnostic initial, en complément d’une RT-PCR négative ;
  • En diagnostic de rattrapage chez des patients n’ayant pas été en mesure de réaliser un test RT-PCR dans les 7 jours suivant l’apparition de symptômes évocateurs de la Covid-19 ;
  • Pour le diagnostic étiologique à distance chez des patients symptomatiques sans signe de gravité diagnostiqués cliniquement mais n'ayant pas fait l'objet d'une RT-PCR.

Les tests sérologiques ne viennent donc qu’en deuxième intention, le test de référence pour le diagnostic de la Covid-19 restant le test virologique par RT-PCR. 

 

Où se faire dépister par sérologie ?

Les tests sérologiques sont réalisés sur simple prise de sang, au sein du laboratoire de biologie médicale le plus proche ou à domicile par un infirmier diplômé d’Etat.

 

A-t-on besoin d’une prescription médicale pour réaliser un test sérologique et ce test est-il remboursé ?

Les tests sérologiques sont soumis à prescription médicale, dans les situations pour lesquelles ils sont indiqués.

Le test, qui coûte 12,15€ pour un test ELISA et 9,45€ pour un test de diagnostic rapide, est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Tout prélèvement est fait par ou sous la responsabilité d'un laboratoire d'analyse médicale (LBM) accrédité :

  • les professionnels de santé des laboratoires de biologie médicale, publics ou privés ;
  • les professionnels soignants d’établissements médico-sociaux formés à pratiquer les prélèvements sous la responsabilité d'un laboratoire de biologie médicale ;
  • les infirmiers diplômés d’Etat, qui peuvent également assurer les prélèvements à domicile ;
  • des équipes mobiles d’hygiène qui interviennent au bénéfice des établissements médico-sociaux, toujours sous la responsabilité d'un laboratoire de biologie médicale;
  • des équipes mobiles des hôpitaux ou structures de santé reconnues, mais également des équipes de professionnels soignants sapeurs-pompiers formés aux techniques de prélèvement.

Les préleveurs sont équipés d’équipements de protection individuelle adéquats pour se protéger d’une éventuelle contamination. Les lieux de prélèvement répondent à des protocoles d’hygiène stricts pour protéger les préleveurs et les patients.