Pays de la Loire

Un renforcement des territoires pouvant bénéficier d'aides financières pour promouvoir l'installation de médecins libéraux

Communiqué de presse
Visuel
carte illustrative
Pour agir concrètement sur les territoires, l’Agence Régionale de Santé engage, avec l’Assurance Maladie et en concertation avec les principaux acteurs concernés (professionnels
de santé, élus locaux…), un travail régional pour redéfinir les zones bénéficiant d’aides financières à l’installation de médecins libéraux.
Corps de texte

Ce travail va permettre d’étendre le nombre de territoires pouvant bénéficier de ces aides dans la région et de prendre en compte l’évolution défavorable de certains territoires. Cette nouvelle carte des zones fragiles, qui va permettre d’augmenter la part de la population couverte par les dispositifs d’aide à l’installation des médecins, devrait être soumise à avis cet été pour une entrée en vigueur au 1er octobre.

 

Cette nouvelle méthode est favorable aux Pays de la Loire puisque la part de la population ligérienne couverte par les aides conventionnelles de l’assurance maladie passera de 13 à 18,2 % et que la part de la population régionale située dans une zone fragile bénéficiaire des aides du Pacte Territoire Santé (contrats d’engagement de service public, praticiens territoriaux de médecine générale…) devrait augmenter d’une façon importante (25,6% de la population ligérienne aujourd’hui).

Représentants des professionnels de santé libéraux, syndicats d’internes, représentants des centres de santé et des pôles et maisons de santé, Etat et élus vont être invités à se réunir à partir du mois d’avril pour proposer les zones à retenir en tenant compte des spécificités locales. L’objectif est de pouvoir soumettre une proposition pour avis à l’été, pour une entrée en vigueur au 1er octobre de la nouvelle cartographie régionale des zones fragiles.

Cet élargissement et cette actualisation des zones fragiles de la région vient conforter l’action depuis 2012 de l'ARS Pays de la Loire et de l’Assurance Maladie pour lutter contre les déserts médicaux et réduire les inégalités d’accès aux soins, notamment à travers le déploiement du Pacte Territoire Santé 1 et 2 et des dispositifs issus de la loi de modernisation de notre système de santé : développement des maisons de santé pluridisciplinaire, soutien aux stages des étudiants et internes en médecine auprès de médecins généralistes, aides financières à l’installation dans les zones fragiles, développement des coopérations entre professions de santé…

Ce sont déjà :

  • 96 Contrat d’Engagement de Service Public signés entre 2010 et 2017 en Pays de la Loire
  • 210 médecins signataires de l’option démographie en 2015 représentant plus de 3,2 millions d’euros versés
  • 73 Maisons de Santé Pluridisciplinaire avec un projet de santé validé à ce jour contre 10 en 2012.

Présentation du dispositif

Les zones fragiles sont des territoires où l’offre de soins de proximité et notamment la présence médicale doit être renforcée afin de favoriser une meilleure répartition géographique des professionnels de santé. Faire partie d'une zone fragile donne droit à différents avantages pour les professionnels (aides financières à l'installation, notamment contrat d’engagement de service public et contrat de praticien territorial de médecine générale, avantages financiers liés à la convention médicale pour les zones les plus fragiles…) et doit donc les inciter à venir s’y installer.

Un redéfinition des zones fragiles

La définition de ces territoires reposait sur des données anciennes, datant de 2010, qui ne correspondaient plus à la réalité de certains territoires. Par ailleurs, ces territoires fragiles (en termes de démographie médicale) étaient définis uniquement en fonction du nombre de médecins par habitants. Pour mieux correspondre aux réalités des territoires et inciter davantage de médecins généralistes à s’installer dans les territoires qui en ont le plus besoin, les critères de sélection des zones bénéficiant d’aides ont été revus au niveau national et des données actualisées de 2015 ont été mises à disposition des ARS. Avec ces nouveaux critères, les territoires bénéficiant d’aides seront définis en fonction de critères rendant mieux compte des problèmes actuels ou à venir d’accès aux soins : les besoins de soins en fonction de l’âge des habitants ; le temps d’accès par la route vers le médecin généraliste ; le volume d’activité des médecins ; l’âge des médecins pour tenir compte des départs prévisibles à la retraite.

Une augmentation significative des territoires couverts

Cette nouvelle méthode permet de définir plus précisément les besoins de la population par territoire et de prendre en compte leur évolution. Elle est favorable aux Pays-de-la-Loire, puisqu’elle va permettre d’augmenter la part de la population ligérienne couverte par les dispositifs d’aide à l’installation des médecins et de réduire les inégalités d’accès aux soins sur du long terme grâce aux aides cumulées de la nouvelle convention médicale et du Pacte Territoire Santé (contrat d’engagement de service public, contrat de praticien territorial de médecine générale…). La part de la population ligérienne couverte par les aides conventionnelles de l’assurance maladie passera de 13 à 18,2 % et la part de la population régionale située dans une zone fragile bénéficiaire des aides du Pacte Territoire Santé (contrats d’engagement de service public, praticiens territoriaux de médecine générale…) devrait augmenter d’une façon importante (25,6% de la population ligérienne aujourd’hui).

Une concertation avec les élus et les acteurs de santé

A partir de ce nouveau cadre national, l’ARS Pays de la Loire lance donc à partir d’aujourd’hui, avec l’assurance maladie, la concertation devant permettre de définir les territoires fragiles ouvrant droit aux aides financières à l’installation, qui s’effectuera tant au niveau régional qu’au niveau de chacun des départements. Représentants des professionnels de santé libéraux, syndicats d’internes, représentants des centres de santé et des pôles et maisons de santé, Etat et élus vont être invités à se réunir à partir du mois d’avril pour proposer les zones à retenir en tenant compte des spécificités locales. L’objectif est de pouvoir soumettre une proposition pour avis à l’été, pour une entrée en vigueur au 1er octobre de la nouvelle cartographie régionale des zones fragiles.

Cet élargissement et cette actualisation des zones fragiles de la région vient conforter l’action depuis 2012 de l'ARS Pays de la Loire et de l’Assurance Maladie pour lutter contre les déserts médicaux et réduire les inégalités d’accès aux soins, notamment à travers le déploiement du Pacte Territoire Santé 1 et 2 et des dispositifs issus de la loi de modernisation de notre système de santé : développement des maisons de santé pluridisciplinaire, soutien aux stages des étudiants et internes en médecine auprès de médecins généralistes, aides financières à l’installation dans les zones fragiles, développement des coopérations entre professions de santé… A ce titre, tous les territoires de la région, fragiles ou pas, continueront à bénéficier de l’accompagnement et des aides financières mis en place à destination des structures d’exercices coordonné, de la télémédecine, de l’éducation thérapeutique et des protocoles de coopération.

 

 

Aller plus loin

Chiffres clés

Le Contrat d’Engagement de Service Public – CESP (dispositif incitatif qui favorise l’installation dans les territoires fragiles grâce une bourse d’étude et un accompagnement personnalisé par l’ARS)

  • 96 contrats signés entre 2010 et 2017 en Pays de la Loire
  • Le nombre de CESP a augmenté de 75% en 2 ans
  • 8 installations sur les territoires fragiles et 14 en prévision pour 2017

Les Maisons de santé pluri professionnelles - MPS (permettent de développer des actions de coordination entre professionnels de santé)

  • 73 MSP avec un projet de santé validé à ce jour contre 10 en 2012

Le Contrat de Patricien Territorial de Médecine Générale - PTMG (s’adresse aux jeunes médecins non encore installés ou installés depuis moins d’une année qui s’installent dans une zone fragile)

  • 23 contrats signés depuis 2013 en Pays de la Loire dont 20 femmes et 3 hommes

Les Aides conventionnelles versées par l’Assurance maladie en 2015 :

  • Option démographie : 210 médecins signataires pour 3.2 millions d’euros versés
  • Règlement arbitral : 18 MSP rémunérées pour un montant total de 1 228 166 €

Les nouvelles aides conventionnelles de l’Assurance maladie :

  • Création de 4 nouveaux contrats démographiques (aide à l’installation, accompagner la reprise de cabinets par de nouveaux médecins, valoriser le renfort prêté à un médecin en zone fragile et enfin valoriser la pris en charge coordonnée des patients)

Contact

Contenu

Contact presse : Service communication / ars-pdl-communication@ars.sante.fr / 06 78 26 56 94