Un nouvel article 51 en Pays de la Loire : intégration et évaluation de l’activité physique adaptée dans le parcours de soin des patients en oncologie

Actualité

Une expérimentation va être déployée dans 15 établissements de santé en France, dont deux en Pays de la Loire, afin d'évaluer l'intérêt de l’intégration de l’activité physique adaptée dans le parcours de soin des patients en oncologie. Cette expérimentation est portée par la CAMI sport et cancer et financée dans le cadre de l'article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale de 2018.

Destinée à 1000 adultes en cours de traitement pour un cancer (sein, poumon, prostate, côlon-rectum), une expérimentation va être déployée dans 15 établissements de santé en France, dont l’Institut de Cancérologie de l’Ouest à Saint-Herblain et le Centre Hospitalier Départemental de Vendée.

L’enjeu de cette expérimentation est de démontrer qu’en complément des traitements, l’activité physique  permet non seulement, le maintien ou l’amélioration des capacités fonctionnelles, l’amélioration de la qualité de vie des patients et la diminution du risque de récidive, mais aussi la réduction de certains coûts de santé.

Cette expérimentation, portée par la CAMI sport et cancer, vise à l’intégration et à l’évaluation de l’activité physique adaptée à but thérapeutique en phase aigüe du parcours de soin des patients en oncologie.

Elle prévoit des bilans de capacités physiques réguliers, un protocole d’activités physiques associant des séances collectives en présentiel et des vidéos dédiées en autonomie, des interactions pluridisciplinaires régulières et une orientation post expérimentation visant au maintien d’une pratique à distance des traitements. Les programmes seront prescrits par le médecin spécialiste en oncologie et encadrés de manière sécurisée par des professionnels de l’activité physique formés.

La loi de financement de la Sécurité sociale de 2018 a introduit, en son article 51, un dispositif permettant d’expérimenter de nouvelles organisations en santé reposant sur des modes de financement inédits.

Dans ce cadre, la Caisse Nationale de l'Assurance Maladie et le Ministère des Solidarités et de la Santé ont autorisé, par arrêté en date du 22 décembre 2021, cette nouvelle expérimentation autour de l’activité physique.

Aller plus loin