Pays de la Loire

Un deuxième Contrat local de santé pour Mayenne communauté

Actualité
Date de publication
Visuel
signature cls
Ce mardi 26 juin 2018 a été signé le deuxième Contrat local de santé (CLS) de Mayenne Communauté par Michel Angot, Président de Mayenne Communauté et Stephan Domingo, Délégué territorial de l’ARS pour la Mayenne. Etabli pour une durée de 3 ans, le CLS identifie 29 actions visant à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, en particulier en favorisant un meilleur accès aux soins.

Corps de texte

Le CLS couvre l’ensemble du territoire de Mayenne Communauté, qui compte 33 communes et 39 000 habitants. Démarche innovante en Pays de la Loire, les habitants ont été associés à la réflexion pour l’élaboration du CLS et le seront encore pour sa mise en œuvre et l’évaluation des actions.

29 actions à mettre en œuvre pour répondre aux enjeux stratégiques identifiés pour le territoire

Le diagnostic territorial, les axes prioritaires du Projet régional de santé et le travail des groupes ont amené les partenaires du CLS à retenir 5 axes stratégiques pour le Contrat local de santé 2018-2021 de Mayenne Communauté :

  • Permettre aux usagers d’être acteurs de leur santé
  • Améliorer l’accès aux droits et à la santé
  • Développer une politique territoriale du bien vieillir et notamment du maintien à domicile
  • Améliorer la santé mentale sur le territoire
  • Développer la prévention et promouvoir la santé

Ces axes se traduisent par 29 actions détaillées sous forme de fiches action présentant le contexte et les modalités de leur mise en œuvre.

En cohérence avec le Projet régional de santé, qui en a fait l’une de ses priorités, et grâce l’implication des acteurs, le CLS de Mayenne Communauté comprend un volet santé mentale particulièrement abouti, notamment en termes d’inclusion sociale. Parmi les actions du CLS, on peut par exemple citer l’action 16 – « Organiser les réponses en soutien à la vie en milieu ordinaire » ou encore l’action action 18 - « Développer le dispositif Maison des adolescents sur le territoire ».

En matière d’accès aux soins, l’action 3, par exemple, prévoit de « Faciliter l’accueil des internes en médecine et des stagiaires des professionnels de santé » et l’action 5 d’« Accompagner l’ouverture du bâtiment regroupant l’ensemble des professionnels du Pôle de santé pluri professionnel de Mayenne Communauté ».

La prévention des conduites à risque chez les jeunes est une des actions qui sera mise en place dès cette année en partenariat avec l’ensemble des établissements scolaires de ce territoire. Souple et évolutif dans sa mise en œuvre, le pilotage du CLS tiendra compte de l’avancement des connaissances et des besoins locaux, du suivi et de l’évaluation des actions.

Un contrat qui s’inscrit dans la continuité du CLS signé en 2013

Le CLS 2018-2021 s’appuie sur le bilan des actions menées au cours du 1er Contrat local de santé de Mayenne Communauté. De 2013 à 2017, le CLS avait permis :

  • De favoriser l’accueil par la mise à disposition d’un hébergement  pour 45 internes et stagiaires dentistes en stage de 2013 à 2017.
  • D’accompagner la création du pôle de santé à Mayenne : un projet de plus de 2 300 m², un investissement de 6,8 millions d’euros d’investissement, pour l’accueil de plus de 40 professionnels de santé.
  • De mettre en place le dispositif « PAERPA » (Personnes Agées En Risque de Perte d’Autonomie) afin de mieux accompagner les personnes âgées dans leurs parcours de santé grâce à une meilleure coordination des professionnels de santé.
  • De construire des actions de sensibilisation autour du bien vieillir avec les acteurs locaux.
  • De développer la coordination des acteurs de la prise en charge de personnes atteintes de troubles psychiques ou psychologiques.
  • De coordonner la mise en place de 23 actions de prévention tout public, avec plus de 2 262 personnes touchées.
  • D’initier un projet de prévention des addictions à destination des jeunes en milieu scolaire avec 7 établissements scolaires (collèges et lycées) de Mayenne Communauté pour 170 élèves entre la 5ème et la seconde, et plus de 600 personnes touchées sur des actions « spécifiques».