Solidarité Ukraine : mobilisation de l’ARS Pays de Loire et des partenaires

Actualité

Retrouvez ici les ressources utiles à la prise en charge sanitaire des ressortissants ukrainiens.

Le ministère de l’Intérieur a publié un livret d’accueil à destination des personnes ayant quitté l’Ukraine en raison du conflit. Il est rédigé en français et en ukrainien. 

Ce document délivre des informations essentielles à connaître pour séjourner en France :

  • Les points d’accueil organisés sur le territoire pour répondre à la situation ukrainienne ;
  • Les procédures pour bénéficier de la protection temporaire ;
  • Les informations sur l’allocation pour demandeurs d’asile (ADA) ;
  • Les logements d’urgence mis à disposition ;
  • Les messages essentiels de prévention santé, pour faire face notamment à l’épidémie de Covid-19 ;
  • Des réponses à de nombreuses questions susceptibles de se poser en matière de transport, d’emploi, de scolarisation, de réponse aux besoins des personnes en situation de handicap

Les personnes résidant en Ukraine qui viennent se réfugier en France bénéficient d’un statut de « protection temporaire » à leur arrivée sur le territoire français.

Compte tenu de l’urgence et de la précarité de la situation de ces familles, le gouvernement a souhaité qu'elles puissent bénéficier, dès leur arrivée en France, de la protection universelle maladie et de la Complémentaire santé solidaire permettant la prise immédiate de leurs frais de santé. Par ailleurs, les droits à la protection universelle maladie des ressortissants ukrainiens résidant déjà en France et dont le titre de séjour a expiré seront automatiquement prolongés.

 

En savoir plus sur le site de l'Assurance Maladie

L'accompagnement sanitaire des ressortissants ukrainiens nécessite une organisation et une gestion des soins, ainsi qu'un soutien médico-psychologique pour lesquels les acteurs de la santé sont mobilisés.

La prise en charge sanitaire et médico-psychologique suit plusieurs étapes conformément à l’avis du HCSP du 23 mars 2022 :

  • Accueil à l’arrivée :

Une première évaluation des besoins en santé est réalisée par une équipe dédiée incluant un IDE (équipe de la Permanence d’Accès aux Soin de Santé, Médiateurs de Lutte Anti-Covid, équipe mobile précarité, association sécurité civile, professionnels libéraux…). 

Cette prise en charge immédiate a pour objectif d’identifier les risques de rupture de traitement, de dépister les troubles psychiques, d'évaluer les signes évocateurs de maladies transmissibles, d'identifier et orienter les femmes enceintes et les nourrissons pour un suivi.

Des solutions doivent être envisagées pour accueillir des personnes présentant des pathologies chroniques, des handicaps, une perte d’autonomie. Cette évaluation organisée s’adresse aux personnes qui arrivent de manière groupée en hébergement collectif.

  • Prise en charge à court et moyen terme :  le bilan de santé

Il a pour but : le dépistage de la Covid19 et de la tuberculose, le rattrapage vaccinal dont Covid19, la mise à jour vaccinale des enfants, une vigilance sur les troubles psychiques, l'accompagnement et l'orientation vers le droit commun.  

Il nécessite la mobilisation des PASS et des Centres Fédératifs de Prévention et Dépistage, en lien avec les professionnels de santé libéraux (CPTS, médecins, infirmiers, pharmaciens, …).

  • Prise en charge dans les 4 mois suivant l’arrivée:  :

Le rendez-vous santé prévu par l’avis du HCSP du 6 mai 2015 pour les personnes migrantes. Il permet notamment la finalisation du rattrapage vaccinal.

  • Évaluation et suivi psychologique :

Un recours aux Equipes Mobiles Psychiatrie Précarité est possible dans la plupart des départements, avec une orientation vers le droit commun (Centres Médico Psychologiques).

Une mobilisation de la cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP) peut être envisagée pour les arrivées collectives.

Pour se protéger et protéger son entourage du Covid-19, l'application des gestes barrières, notamment dans les lieux de vie collectifs, et la vaccination, qui est gratuite, sont recommandées.

Retrouvez la documentation sur la Covid-19 en ukrainien :

Retrouvez toutes ces informations actualisées sur cette page : Coronavirus (santepubliquefrance.fr)

Concernant les enjeux de santé, la prise en charge sanitaire des ressortissants ukrainiens doit, dans le respect de leur consentement, répondre prioritairement aux troubles psychiques et psycho-traumatiques ainsi qu'à la prévention, au dépistage et la prise en charge de maladies dont l'incidence est actuellement élevée en Ukraine ou pour lesquelles les couvertures vaccinales sont faibles. 

Un livret de santé bilingue français/ukrainien a été élaboré afin d'aider les professionnels de santé ou du social en relation avec les personnes migrantes. Il est destiné à servir de support à la consultation/entretien avec les migrants ou étrangers en situation précaire et constitue un outil de prévention sur diverses thématiques de santé.

 


 

 


Vaccination

​​​​Les recommandations en vigueur, conformément au décret du 25 janvier 2018 sont les suivantes :

  • Pour les enfants nés avant le 1er janvier 2018, seules les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont obligatoires pour leur entrée en collectivité.
  • Pour les enfants nés depuis le 1er janvier 2018, la vaccination est obligatoire contre 11 maladies : Diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, haemophilus influenza de type b, hépatite B, pneumocoque, méningocoque C, rougeole, oreillons, rubéole

Se reporter au calendrier vaccinal en vigueur, qui précise notamment la conduite à tenir (« rattrapage ») en cas de statut vaccinal inconnu, incomplet ou incomplètement connu (annexe 4.6.2 pages 73-74).

Vous pouvez également consulter les dispositifs de droit commun concernant tout rattrapage vaccinal.

Retrouvez également le calendrier vaccinal ukrainien 

 

Dépistage de la tuberculose : 

  • Recherche de symptômes évocateurs et réalisation d'une radio pulmonaire dès que possible. Consultez le site de l'ECDC. 
  • Dépister l'infection tuberculeuse latente par un test IGRA ou une IDR chez tous les enfants jusqu'à l'âge de 18 ans. Consultez l'avis du HCSP. 

Dépistage VIH, HBs, VHC : 

  • En dehors des sérologies classiques qui peuvent être réalisées dans le cadre d'un bilan sanguin, le recours aux Tests Rapides d'Orientation Diagnostique (TROD) VIH, Antigène HBs et VHC est encouragé, car ils permettent un accès précoce au dépistage et prévient les risques de non-rendus de résultats. 

Autres examens à considérer : 

  • Réalisation d'un glycémie capillaire ou sanguine à jeun pour les personnes de plus de 45 ans;
  • Réalisation d'une NFS, d'un dosage de la créatinine, et des transaminases;
  • Sérologie syphilis si facteurs de risques;
  • PCR Chlamydia/gonocoque urinaire ou par auto-prélèvement vaginal systématique pour les personnes sexuellement actives de moins de 25 ans et si facteurs de risque pour les autres;
  • Anticorps antitétaniques et anticorps anti HBs 4 à 8 semaines après un rappel vaccinal si indiqué et si le statut vaccinal était inconnu;
  • Dépistages organisés selon les recommandations nationales (frottis du col de l'utérus ou PCR HPV, mammographie, recherche de sang dans les selles).

Passeport santé (utilisé lors du bilan de santé pour toute personne à son arrivée sur le territoire français)

Ce carnet de santé permet aux professionnels de santé de disposer de toutes les informations nécessaires concernant la santé des patients. Il s’agit d’un document de liaison.

Le fichier pdf de la version interactive peut être directement modifié.