Pays de la Loire

Coronavirus (Covid-19) : Prise en charge et suivi des patients

Article
Alors que l’épidémie progresse, le secteur hospitalier se concentre sur les cas les plus lourds et la ville prend en charge l’immense majorité des patients qui ne nécessitent pas une hospitalisation. L'ensemble des représentants des professionnels et établissement de santé se mobilisent avec l’Agence régionale de santé pour garantir à tous les patients l’accès aux soins dont ils ont besoin.
Corps de texte

Secteur hospitalier (au 27/03/2020) :

Les hôpitaux de 1er niveau : CHU de Nantes et d’Angers 

Etablissements de santé habilités pour le COVID19 appartenant à la liste annexe 1 : Guide méthodologique COVID-19 (version du 20/02/2020), au regard de leurs capacités de prise en charge bio sécurisée : chambre d'isolement de haute sécurité en service de maladies infectieuses ou de réanimation, des capacités de diagnostics virologiques. Ils disposent d'un plateau technique hautement spécialisé et sont opérationnels 24/7 et d'un recours permanent à un infectiologue.

Les hôpitaux de 2ème niveau : centres hospitaliers de St-Nazaire, de Cholet, de Laval, du Mans et de la Roche-sur-Yon.

Etablissements de santé pouvant être mobilisés en seconde intention pour augmenter les capacités des établissements de 1ère ligne si besoin selon les critères suivants : présence d'une unité d'infectiologie ou de lits dans une autre unité de soins avec prise en charge des patients sous la responsabilité d'un infectiologie senior, chambres permettant l'isolement des patients (chambre individuelle avec un renouvellement correct de l'air sans recyclage au sein de l'établissement) et laboratoire de biologie médicale permettant d'assurer la biologie courante dans les conditions requises. Le diagnostic microbiologique pour ces patients est réalisé dans les établissements de santé de première ligne.

Les hôpitaux de 3ème niveau :  

Au stade épidémique (ou pandémique), identification des établissements de santé pouvant être activés. Il s'agit des établissements de santé sièges d'une structure d'accueil des urgences et/ou d'un plateau technique d'unité de surveillance continue ou de réanimation (guide méthodologique phase épidémique Covid19 (version du 16/03/20).

  • Loire-Atlantique : CH Chateaubriant, CH Ancenis, HP Le Confluent, Santé Atlantique (PCA et Brétéché), Clinique Jules Verne, Clinique Ste Marie, Clinique Mutualiste Jules Verne
  • Maine-et-Loire : CH Saumur, Clinique St Joseph, Clinique St Léonard, Clinique de l'Anjou, Polyclinique Le Parc, Clinique Chirurgicale de la Loire, ICO Paul Papin

  • Mayenne : CH NORD Mayenne, CH du Haut Anjou, Polyclinique du Maine

  • Sarthe : Pole Sarthe et Loir, CH la Ferté Bernard, CH Château du Loir , CH Saint Calais , CH Mamers , Pôle Santé Sud (CMCM/Tertre Rouge), Clinique du Pré

  • Vendée : CH LVO - Challans, CH Sables d' Ollonnes, CH Fontenay le Comte, CHD sites de Luçon et Montaigu, Clinique St Charles, Clinique Porte Océane, Clinique de Fontenay le Comte

Les hôpitaux de  4ème niveau : 

Tous les établissements de santé (publics, privés à but lucratif et non lucratif) doivent être mobilisés pour, soit venir en aval de sites Covid19 sur un parcours de soin dédié, soit pour prendre le relais de son activité sur des activités urgentes que ces sites ne pourraient assurer du fait de leur mobilisation.

  • Loire-Atlantique : CHI Presqu'ïle Guérande , CHI Pays de Retz Pornic, CH Sèvre et Loire Vertou, CH Clisson, CH Maubreuil, CH Loire et Sillon Savenay, CH Corcoué, CHS de Blain, CHS Daumezon, Clinique Urologique Nantes Atlantis, Polyclinique de l'Europe, Etablissement SSR Roz Arvor, Clinique Mutualiste de l'Estuaire, ICO Gauducheau, HAD Nantes et sa région, CRRF La Tourmaline, Centre Convalescence St Sébastien, CMPR Côte d'Amour, Centre Convalescence SSR Le Bodio, Centre de Réadaptation du Confluent, Centre SSR Beaumanoir, Centre SSR du Confluent
  • Maine-et-Loire : CH Chalonnes, CH Doué la Fontaine, CH Lys Hyrôme, CHIC Baugeaois et de la Vallée, CH Longué-Jumelles, CH Martigné-Briand, CHS Césame, HAD Clinique St Sauveur, HAD Mauges Bocage Choletais, HAD Ouest Anjou, Centre les Capucins, Centre de Soins de Suite St Claude, Hosp Chaudron en Mauges, Hôpital Privé Beaupréau, SSR Les Récollets
  • Mayenne : CH du Sud Ouest Mayennais, CH Ernée, CH Evron, Clinique Notre Dame de Pritz, Centre de la Bréhonnière
  • Sarthe : CH LeLude, EPSM, PHGNS, Association d'Hygiène Sociale de la Sarthe, PRH l'Arche, Association Georges Coulon
  • Vendée : CH La Chataigneraie, CH Ile d'Yeu, CH Noirmoutier, CH LVO de Machecoul, CHS Mazurelle, HAD de la Vendée, Association Villa Notre Dame, Centre de Médecine Physique et Réadaptaion

Etablissements dotés d'une autorisation à exercer une activité de réanimation en Pays de la Loire

  • Autorisation permanente : hôpitaux de 1er et 2ème niveau
  • Autorisation dérogatoire (arrêté du 27 mars 2020) dans le cadre l'épidémie Covid-19 : Centre Hospitalier du Haut Anjou (53), Clinique Saint Joseph (49), Clinique de l’Anjou (49), Hôpital Privé du Confluent (44)

Professionnels de ville :

Les professionnels du 1er recours (professionnels de santé libéraux, centres de santé, en execice isolé ou coordonné, « SOS médecins », centres d’examen de santé, services de santé au travail…) sont engagés pour accompagner l’immense majorité des patients (qui ne nécessiteront pas une hospitalisation). C’est un rôle tout aussi essentiel.

En phase épidémique il faut joindre prioritairement son médecin traitant ou un médecin le plus proche de son domicile, sauf en cas de symptômes sérieux ou d’aggravation de la situation qui nécessitent de recourir au 15.

L’ensemble du système de soins de ville est mobilisé et reste ouvert pendant la phase épidémique. Les spécialistes peuvent être en appui du médecin traitant, en relais si besoin des soins hospitaliers spécialisés non assurés du fait des déprogrammations des soins hospitaliers, comme des services d’urgence.

Lorsque c’est possible, le médecin traitant propose au patient une consultation en télémédecine. Cette modalité de consultation à distance est à privilégier, chaque fois que nécéssaire, car elle permet de protéger à la fois le soignant et le soigné, en limitant le risque de contamination, tout en garantissant la qualité et la sécurité de la prise en charge pour le patient. Pour favoriser ces téléconsultations pour les patients à leur domicile ou en établissement médico-social, l’ARS Pays de la Loire met gratuitement à disposition des professionnels de santé la solution régionale de télémédecine (Covalia).

Le respect des règles sanitaires est organisé lorsque le patient doit venir au cabinet pour une consultation. Lorsque les consultations en télémédecine ne sont pas possibles, les médecins, généralistes et spécialistes, assurent les consultations sur rendez-vous ou organisent des plages horaires dédiées aux patients qui présentent des signes évocateurs de coronavirus.

Au sein de chaque départements de la région, des médecins libéraux ont organisé aussi des consultations dédiées, consacrées spécifiquement aux patients qui présentent des signes respiratoires de type Covid-19. Des médecins volontaires effectuent des permanences pour assurer 7/7J, 24/24H ces consultation spécifiques au sein de locaux adaptés.

  • Maine-et-Loire : 28 centres de consultations médicales dédiées mis en place depuis le 19 mars
  • Mayenne : 8 centres de consultations médicales dédiées mis en place depuis le 23 mars
  • Loire-Atlantique : 12 centres de consultations médicales dédiées mis en place depuis le 23 mars
  • Sarthe : 10 centres de consultations médicales dédiées mis en place depuis le 23 mars
  • Vendée : 14 centres de consultations médicales dédiées mis en place cette semaine

(nombre de centres de consultation dédiée en constante évolution)

C’est le médecin traitant qui, s’il le juge nécessaire, propose au patient un rendez-vous pour une consultation dans l’un de ces centres de consultations médicales dédiées.

 

Lorsqu’un patient est diagnostiqué Covid-19 par le médecin, une surveillance est organisée et des recommandations lui sont transmises. En général, la guérison intervient en quelques jours avec du repos et, si besoin, avec un traitement contre la fièvre.

En fonction des signes présentés par le patient et du contexte (prise en compte des facteurs physiques, psychologiques, socio-professionnels, etc.), le médecin détermine le suivi le plus adapté : auto-surveillance, suivi médical, suivi renforcé à domicile par des infirmiers (en télésuivi de préférence), en complément du suivi médical, ou Hospitalisation à domicile (HAD).