L’ARS et la Région Pays de la Loire se mobilisent pour valoriser le métier d’aide-soignant

Actualité
Date de publication
Visuel
La crise sanitaire a rappelé l'importance du métier d'aide-soignant, notamment auprès des publics fragiles. Face à des besoins de recrutement grandissants, l'ARS et la Région se mobilisent pour valoriser le métier d’aide-soignant en lançant une campagne de communication conjointe.
Corps de texte

Depuis le début de la crise sanitaire, les aides-soignants ont montré le rôle majeur qu’ils exercent auprès des publics fragiles (EPHAD, centre hospitalier, service à domicile, ...). Ils honorent les valeurs de ces métiers, celles du « prendre soin », de l’engagement et de la solidarité.

Plus de 25 000 personnes exercent ce métier en Pays de la Loire et les besoins de recrutement et les défis qui y sont liés sont grandissants dans notre région avec notamment l’augmentation, mais aussi le vieillissement de la population. Pour pallier une pénurie de professionnels, l’Agence Régionale de Santé et la Région et des Pays de la Loire, qui agissent tous les jours aux côtés des instituts de formation, des employeurs, des usagers et des professionnels, ont décidé d’amplifier leur action avec le lancement d’une campagne de communication conjointe.

 

Le concept des grandes causes pour rappeler que « prendre soin » au cœur du métier d’aide-soignant n’est pas une action banale

Pour être en cohérence avec la réalité du métier, où l’humain tient une place centrale, l’ARS et la Région ont souhaité associer la profession à la conception de cette campagne de communication. Echanges et groupes de travail en amont ont permis de cerner les enjeux, les gestes et postures du métier à saisir. Les prises de vues ont été réalisées dans un EHPAD, mettant en situation des résidents et des professionnels. Le concept, basé sur les grandes causes à défendre, telles que l’environnement et l’isolement des patients, et les visuels ont ainsi été validés par les groupes de travail. Enfin, des aides-soignants (et élèves aides-soignants) sont venus enrichir le dispositif de campagne par leurs témoignages.

Cette campagne est articulée en 3 visuels, qui seront largement diffusés au cours des prochaines semaines (affichage public, réseaux sociaux, sites internet…). Elle est associée à un site web dédié à l’information du public sur le métier et les formations près de chez soi : deveniraidesoignant.fr et est liée au calendrier des concours d’entrée en formation.

Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS« Cette campagne lancée aujourd’hui sur le métier d’aide-soignant, prend un sens particulier dans ce contexte de crise, où ils ont montré leur importance et leur professionnalisme. Cette démarche de valorisation a pour objectif de rééquilibrer les discours face à l’EHPAD bashing : les aides-soignants aiment leur métier, ils en sont fiers, ils en sont les principaux ambassadeurs. Pour cette première campagne régionale, le concept des grandes causes a été retenu : être aide-soignant, c’est remettre à l’honneur la notion du soin. Prendre soin n’est pas une action banale et assurée par tous. C’est un engagement de tous les jours pour des notions aussi fondamentales que les besoins vitaux (« chaque jour, mon action est vitale »), l’environnement (« chaque jour, je m’engage pour l’environnement des patients »), le lien social (« chaque jour, le lutte contre l’isolement des patients ») »

Pour moi qui n’ai pas de famille à proximité, la présence des aides-soignants de la résidence est précieuse. Ils sont disponibles et m’aident à garder le moral, à ne pas me sentir seule. Ils font partie de nos vies, jour et nuit. Pour certains résidents moins valides que moi, l’aide apportée est aussi dans les gestes du quotidien, pour prendre sa douche ou se déplacer… 

Une résidente de la résidence Les jardins du vert Praud à Rezé

 La fonction d’aide-soignant est essentielle dans la vie d’un établissement comme le nôtre et pourtant c’est un métier en tension et nous peinons à trouver des professionnels qualifiés et à les stabiliser en CDI. C’est un métier méconnu, exigeant mais aussi riche de sens et en relations humaines. La campagne menée par la Région et l’ARS est importante pour les dirigeants d’EPHAD : nous avons besoin d’aides-soignants formés. J’espère qu’elle suscitera de nouvelles vocations pour que davantage de candidatures nous arrivent dans les années à venir.

Lucile Baron, directrice de la résidence Les jardins du vert Praud à Rezé

 Ce qui me plait dans ce métier, c’est avant tout les relations humaines. J’aime me rendre utile et je suis contente d’accompagner les résidents dans ce qu’ils ne peuvent plus faire seuls, c’est plus qu’un travail. J’ai souhaité participer à cette campagne parce qu’on parle peu de notre métier, dont je suis fière, et pour que les aides-soignants soient mieux reconnus.

Cynthia Mayanda, aide-soignante à la résidence Les jardins du vert Praud à Rezé