L’ARS des Pays de la Loire relaie et amplifie l’impulsion donnée par les plans nationaux pour l’hôpital

Communiqué de presse
Attentif aux signaux de tension à l’hôpital et dans les établissements, le Ministère des Solidarités et de la Santé, dans le cadre de la stratégie « Ma Santé 2022 », a annoncé depuis cet été des plans de soutien sans précédent : le volet « Pacte de refondation des urgences » et le volet « Investir pour l’hôpital ». Des mesures mises en œuvre et amplifiées par l’ARS en Pays de la Loire.
Corps de texte

En complément du Pacte de refondation des urgences de septembre 2019, dont les premières mesures ont été anticipées en juillet 2019 avec une enveloppe de 1,66 millions d’euros, l’ARS Pays de la Loire vient de verser plus de 23 millions d’euros aux hôpitaux pour relancer l’investissement du quotidien, c'est à dire les achats de matériels, les travaux indispensables, les aménagements prioritaires afin d’améliorer concrètement les conditions de travail des personnels et l’accueil des patients. Ce dispositif concerne l’ensemble des secteurs, et notamment les urgences, la santé mentale, les soins de suite et les EHPAD.

Quelles traductions en attendre sur le terrain pour les patients et les professionnels ligériens ?

 

Une 1ère tranche de crédits d’investissements courants et urgents de plus de 23 millions d’euros pour la région Pays de la Loire

La région Pays de la Loire bénéficie d’un financement national de 7,4 millions d’euros dans le cadre du plan « Investir pour l’hôpital ». L’ARS a souhaité amplifier l’effet de cette mesure avec des crédits régionaux pour un montant supplémentaire de 16,4 millions d’euros. Ces crédits supplémentaires ont été plus particulièrement orientés vers les établissements psychiatriques (7 millions d’euros), les établissements ayant des difficultés à financer l’investissement courant (8 millions d’euros) et les équipements en EHPAD afin d’améliorer les conditions de travail et l’accueil des patients.

 

Pacte de refondation des urgences : plus de 4 millions d’euros déjà engagés en Pays de la Loire au bénéfice des établissements publics et privés

En juillet 2019, pour faire face aux difficultés des services hospitaliers d’urgence, l’ARS a apporté des financements pour renforcer le personnel dans les services d’urgence confrontés à une augmentation exceptionnelle d’activité ; pour reconnaître la pénibilité des conditions d’exercice, une prime mensuelle est versée aux personnels non médicaux des services d’urgence et des SMUR.

Afin d’adapter les conditions d’accueil des patients aux urgences, des projets immobiliers ont été accompagnés au CHU de Nantes, à l’Hôpital privé du Confluent ou encore au Centre Hospitalier du Haut Anjou.

Par ailleurs, la formation d’assistants de régulation médicale est soutenue pour améliorer encore la capacité de réponse aux appels des centres 15.

 Enfin, des dispositifs d’admission directe dans les services des personnes âgées sont expérimentés pour éviter autant que possible les passages aux urgences pour les plus vulnérables.

 

Une attention particulière portée à la santé mentale

Des fonds nationaux de 4,23 millions d’euros sont dégagés pour le fonctionnement quotidien des établissements publics de santé mentale, pour développer également de nouvelles offres à la population. Notons en particulier le renforcement des capacités de pédopsychiatrie et psychiatrie de l’adolescent sur le territoire de Saint-Nazaire au bénéfice de l’ensemble des jeunes du département de Loire-Atlantique.

L’ARS a dégagé par ailleurs 7 millions d’euros de fonds régionaux supplémentaires pour soutenir l’investissement du quotidien. Ce sont plus de 56 nouveaux projets sur toute la région qui sont accompagnés en 2019.

 

L’importance des soins de suite et de réadaptation dans le parcours patient

Maillon essentiel du parcours patient entre un séjour hospitalier et un retour à domicile, les établissements de soins de suite et de réadaptation ne sont pas oubliés et bénéficient de plus de 4 millions d’euros de soutien. L’Agence a ainsi accompagné en 2019 une dizaine de projets relatifs au renforcement de l’offre de rééducation.

 

La priorité à l’amélioration des conditions de travail en EHPAD

Près de 3 millions d’euros auront été versés entre novembre 2019 et janvier 2020 pour encourager l’équipement des chambres d’EHPAD en rails plafonniers, afin de faciliter les manutentions quotidiennes des soignants et réduire les risques d’accidents du travail.

 

La reprise de la dette des hôpitaux publics

Au niveau national, il est prévu une reprise de dette de 10 milliards d’euros sur 3 ans : le dispositif vise à alléger la charge de la dette et permettre ainsi aux établissements de mener à bien les transformations induites par « Ma Santé 2022 » : faire aboutir les réformes du financement, réussir le « Pacte de refondation des urgences », s’engager dans la pertinence et la qualité des soins, s’inscrire dans les organisations territoriales. Globalement au niveau du secteur, cette reprise de dette se traduira donc à la fois par une amélioration de la situation financière des établissements et une augmentation de l’investissement.

 

Et après ?

Cette première vague sera suivie dans les prochains mois d’autres mesures nationales et régionales qui viseront à renforcer l’attractivité des métiers de l’hôpital, à redonner aux soignants les conditions de travail nécessaires à la réalisation de leurs missions, à faciliter l’investissement des hôpitaux publics et des établissements de santé dans le cadre de la déclinaison opérationnelle et immédiate de « Ma Santé 2022 » en Pays de la Loire. L’Agence restera attentive à accompagner ces transformations, au plus près des besoins des territoires.

Aller plus loin

Documents à télécharger

Contact

Contenu

Service communication

06 78 26 56 94

[email protected]