Intensification des situations de tension hospitalière en Sarthe : l’ARS a demandé aux établissements de santé d’activer leur plan blanc

Communiqué de presse

Les indicateurs épidémiologiques montrent une circulation très active de la Covid dans les Pays de la Loire. La région est aussi en phase d’épidémie de grippe et compte de nombreux cas de gastro-entérite. Ces épidémies en cours, qui interviennent dans un contexte de fortes tensions en ressources humaines médicales et paramédicales, impactent les services d’urgence de la Sarthe.

L’ARS a demandé ce jeudi 31 mars aux établissements de santé du département d’activer leur plan blanc. Elle invite par ailleurs la population à consulter prioritairement son médecin traitant en cas de symptômes et à respecter le port du masque et les gestes barrières pour limiter les contaminations.

Les indicateurs épidémiologiques démontrent une circulation très active du virus de la Covid-19 depuis début mars dans tous les départements des Pays de la Loire.

Le taux d’incidence régional en population générale dépasse 1 300 cas pour 100 000 habitants (+ 46% sur 7 jours) et plus d’un tiers des tests de dépistage est positif.

  Taux d'incidence Taux de positivité
Sarthe 1340 37,3%
Pays de la Loire 1335 37,0%

Par ailleurs, la région Pays de la Loire est, depuis début mars, en phase d’épidémie de grippe.

Cette épidémie a un impact sur les services d’urgences des établissements de santé de la région, qui voient leur activité fortement augmenter (+ 45% d’augmentation du nombre de passages aux urgences pour syndrome grippal entre la semaine 12 et la semaine 11) avec un impact pour les délais d’attente.

A noter que la proportion du nombre de passages aux urgences pour syndrome grippal est actuellement supérieure au pic des années précédentes.

Parallèlement, les cas de gastro-entérite sont également nombreux ces dernières semaines, principalement chez les enfants âgés de moins de 5 ans, et occasionnent un nombre important de passages aux urgences.

Ces épidémies en cours impactent aussi bien les urgences adultes que pédiatriques avec une forte augmentation du nombre de consultations.

Dans le même temps la filière psychiatrique connaît également déjà depuis plusieurs mois, une tension capacitaire dans la prise en charge adulte et pédiatrique. Cette tension s'intensifie depuis plusieurs semaines alors que l’Etablissement Public de Santé Mentale de la Sarthe (EPSM) enregistre un taux d'occupation constant à plus de 100%. 

Tous ces éléments surviennent dans un contexte de fortes tensions en ressources humaines médicales et paramédicales.

Les effets sur le système hospitalier se font ressentir. Des tensions particulières sont observés sur :

  • Les urgences du Centre Médico-Chirurgical du Mans (CMCM) qui enregistrent une augmentation de 50% de passages par jour. Ce service a connu une fermeture hier après-midi faute de personnels infirmiers
  • Les urgences adultes du Centre Hospitalier du Mans (CHM), qui accueillent également les urgences psychiatriques
  • Les urgences pédiatriques du CHM

Face à cette situation, l’ARS a demandé ce 31 mars à tous les établissements de santé de la Sarthe d’activer leur plan blanc afin d’apporter une réponse aux situations d’urgence (le plan blanc de l’EPSM avait été activé dans l’après-midi). Plusieurs leviers ont d’ores et déjà été activés sous l’égide de l’Agence, en concertation avec les partenaires territoriaux afin de trouver des solutions :

  • La mobilisation du groupe ELSAN pour renforcer les équipes des urgences du CMCM
  • Une demande de renfort auprès de la réserve sanitaire par l’ARS
  • Une mobilisation de la solidarité régionale avec un appel au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) d’Angers pour un appui en personnels et/ ou étudiants
  • Une mobilisation des établissements pour appel à volontaires

 Dans ce contexte de tensions sanitaires particulier, il convient en cas d’apparition de symptômes, de consulter prioritairement son médecin traitant. En cas d’absence de médecin traitant, vous pouvez également aller voir votre pharmacien qui vous apportera des conseils ou bien joindre une maison ou un centre de santé le plus proche de chez vous afin obtenir un rendez-vous.

Pour une urgence vitale, appelez le 15. Un médecin régulateur orientera vers la réponse médicale la plus adaptée : consultation chez un médecin ou déplacement aux urgences...

  • Ne pas se déplacer aux urgences avant d’avoir pris un avis médical (en appelant le 15), car les délais d’attente peuvent y être très allongés, en cette période.

Pour les urgences relatives, le soir après 20h, le week-end à partir du samedi midi et les jours fériés, possibilité de joindre un médecin de garde en appelant le 116 117.

Et afin de limiter l’impact sur le système de soins et les contaminations, nous appelons à la plus grande vigilance : respecter les gestes barrières qui sont une mesure efficace contre les 3 épidémies. Et pour le COVID se faire dépister au moindre doute, s’isoler si on est cas confirmé et finaliser son schéma vaccinal, notamment le 2ème rappel pour les personnes les plus vulnérables.

Le respect des gestes barrières ainsi que le port du masque restent le meilleur moyen de se protéger contre les 3 épidémies en cours :

  • Port du masque :

Il est obligatoire dans les transports collectifs de voyageurs et il peut être requis par les responsables d’établissements de santé et médico-sociaux ou les professionnels de santé (cabinets médicaux, infirmiers, pharmacies et laboratoires de biologie médicale…),

Il est fortement recommandé :

  • dans les lieux clos lorsqu’ils sont mal ventilés/aérés,
  • dans les lieux de promiscuité importante,
  • pour les personnes fragiles du fait de leur âge ou de leurs pathologies,
  • pour toutes les personnes en cas de symptômes évocateurs d’une des pathologies citées

 

  • Lavage des mains,
  • Aération régulière des pièces,
  • Tousser ou éternuer dans son coude,
  • Utiliser un mouchoir à usage unique.