COVID-19 : l’ARS des Pays de la Loire déclenche le plan blanc, au niveau régional

Communiqué de presse

L'ensemble des indicateurs épidémiologiques de la région Pays de la Loire se dégrade depuis déjà quelques semaines.
Au 8 décembre, le taux d’incidence régional est de près de 370 pour 100 000 habitants et le taux de positivité de 6,2 %. Le taux d’incidence régional des plus de 65 ans, est proche de 200 pour 100 000 habitants.

La dynamique épidémique impacte désormais de façon significative les organisations de santé de notre territoire. 

Les nouvelles admissions hospitalières, pour cause de COVID, connaissent un accroissement très important, autant dans les services de soins critiques que de médecine conventionnelle. 

L’activité très élevée au sein des urgences générales et pédiatriques (pathologies diverses et hivernales, bronchiolite, etc.), comme en ville... et liée à l’épidémie de Covid, génèrent un très haut niveau de tensions sur l’offre de santé ligérienne.

Cette situation pourraient encore s’ampliflier dans les prochains jours, selon les perspectives de l’Institut Pasteur.

Au regard de cette situation, et après concertation avec les fédérations hospitalières, l’ARS Pays de la Loire a demandé, ce mercredi 8 décembre à l’ensemble des établissements de santé public et privé de la région d’activer leur plan blanc, afin d'adapter leur fonctionnement et de s’organiser au mieux pour accueillir et soigner les nombreux patients. 
L’ARS demande également une déprogrammation de 20 % de l’activité de médecine et de chirurgie de ces mêmes établissements, en préservant les interventions urgentes et semi-urgentes liées à des risques de pertes de chances (notamment les  pathologies cancereuses…), afin de pouvoir soigner dans les meilleures conditions possibles et de façon solidaire (établissements publics comme privés) les patients touchés par la COVID, hospitalisés. 

L’ARS tient, une nouvelle fois, à saluer la mobilisation exemplaire des professionnels de santé qu’ils travaillent en établissement, comme en ville et reste en soutien et en accompagnement constants.

Rappel vaccinal

Il est particulièrement important de rappeler que :

  • le vaccin diminue de 90 % le risque de formes sévères et une personne vaccinée a 8 fois moins de risques d’être hospitalisée et 10 fois moins de risques de décéder de la COVID ;
  • pour limiter les formes graves de la maladie et le risque de transmission, il est indispensable de se vacciner ou d’effectuer son rappel vaccinal. 

La dose de rappel concerne toutes les personnes de 18 ans et plus et ayant un schéma vaccinal initial complet.

  • Dès 5 mois après la dernière dose du schéma initial ou après une infection au Covid-19 si celle-ci a eu lieu après la vaccination.
  • Dès 1 mois pour les personnes vaccinées avec Janssen (5 mois si elles ont déjà reçu une dose additionnelle d’ARN messager).
  • Dès 3 mois après la dernière injection pour les personnes sévèrement immunodéprimées, sur avis médical.

Même vaccinés, restons prudents et continuons à appliquer et respecter les gestes barrières.

Contact presse :
Service communication ars-pdl-communication@ars.sante.fr / @ars_pdl 
 

Aller plus loin