400 acteurs de la santé mentale en Vendée réunis ce jeudi 7 avril pour partager une culture commune et décloisonner les pratiques

Communiqué de presse

Pour offrir aux Vendéens présentant des troubles psychiques des parcours de santé sans rupture, le CTSM signé en juillet 2021 prévoyait de réunir les acteurs du territoire pour améliorer leur connaissance mutuelle et favoriser le décloisonnement des pratiques. 400 personnes se réunissent ainsi à La Roche-sur-Yon ce jeudi, témoignant de l’implication des acteurs dans cette dynamique collective.

La Vendée a été le premier département de France à élaborer son projet territorial de santé mentale (PTSM), approuvé par le Directeur général de l’ARS Pays de la Loire fin 2018. C’était aussi le premier département de la région à signer, avec 25 acteurs vendéens engagés dans les actions du PTSM, le contrat territorial de santé mentale (CTSM) avec l’ARS en juillet 2021. Le CTSM définit pour une durée de 3 ans les missions, les engagements, les moyens, les modalités de suivi et d’évaluation des acteurs pour mettre en œuvre le projet territorial de santé mentale. Derrière l’élaboration et la mise en œuvre de ces contrats, un même objectif : améliorer le parcours des personnes présentant des troubles psychiques.

Plusieurs actions prévues dans le CTSM sont déjà opérationnelles ou en cours de déploiement (Ex. : création d'une équipe mobile psychiatrie précarité, mise en œuvre de soins psychiatriques de particulière intensité à domicile, création et mise en œuvre d'une équipe mobile "sortie des personnes hospitalisées au long cours"…). Parmi celles-ci, considérant que le prérequis pour un accompagnement sans rupture des personnes présentant des troubles psychiques est que les acteurs se connaissent dans l’espace commun du PTSM, le rassemblement des acteurs du territoire se concrétise lors d’une rencontre prévue jeudi.

Une rencontre prévue ce jeudi 7 avril 2022 à La Roche-sur-Yon et réunissant les acteurs vendéens impliqués dans le champ la santé mentale sera l’occasion de faire le point sur les travaux du PTSM et de mettre en avant les porteurs de projets.

Portée par l’ARS, l’EPSM de Vendée et la coordinatrice du PTSM, la journée intitulée « Se connaître, se faire connaître » réunira 400 participants de toute la Vendée : professionnels du secteur de la santé et du médico-social, institutionnels, associations, usagers et familles. Cette participation importante témoigne de l’engagement des acteurs vendéens autour de l’enjeu de la santé mentale.

La rencontre permettra d’échanger lors d’une réunion plénière animée par le Dr Corinne Martinez de l’Agence nationale d’appui à la performance (ANAP) et de plusieurs tables rondes abordant les attentes de cet ambitieux projet vendéen pour la santé mentale et de premiers retours d’expériences (voir programme ci-dessous).

Une trentaine de stands permettront également aux participants de ce séminaire d’identifier certaines ressources existantes sur le territoire et de découvrir les missions des différents dispositifs déjà en place.

Cette rencontre constitue ainsi une occasion unique de valoriser les cultures de réseaux, de développer les initiatives de coopération et d’associer tous les professionnels concernés par la santé mentale.

Le projet territorial de santé mentale a pour objectif « L’amélioration continue de l’accès des personnes concernées à des parcours de santé et de vie de qualité, sécurisés et sans rupture ». Sa mise en œuvre est à l’initiative des professionnels et établissements travaillant dans le champ de la santé mentale.

Il a été élaboré sur la base d’un « diagnostic territorial partagé » qui, en Vendée, avait notamment mis en avant :

  • La nécessité d’accroître la lisibilité et l’efficience de l’accès à l’offre de soins en psychiatrie  et d’accompagnement médico-social
  • La nécessité de renforcer les liens entre acteurs du secteur sanitaire, médico-social et la Cité
  • Des inégalités territoriales en matière d’organisation de la réponse aux situations de crise notamment pour les enfants et adolescents
  • Des difficultés d’accès au diagnostic et aux soins en lien avec une pénurie médicale 
  • Une situation départementale plutôt favorable sur le plan économique et social, tout en identifiant des territoires de plus forte précarité.

Le CTSM répond au travers de ses actions aux 6 axes prioritaires du PTSM : 

  • Des conditions du repérage précoce des troubles psychiques, de l’élaboration d’un diagnostic et de l’accès aux soins et accompagnements sociaux ou médico-sociaux, 
  • Du parcours de santé et de vie de qualité et sans rupture, notamment pour les personnes souffrant de troubles psychiques graves et s’inscrivant dans la durée, en situation ou à risque de handicap psychique, en vue de leur rétablissement et de leur inclusion sociale
  • Des conditions de l’accès des personnes présentant des troubles psychiques à des soins somatiques adaptés à leurs besoins
  • Des conditions de la prise en charge des situations de crise et d’urgence
  • Des conditions d’action sur les déterminants sociaux, environnementaux et territoriaux de la santé mentale
  • Des conditions du respect et de la promotion des droits des personnes présentant des troubles psychiques, du renforcement de leur pouvoir de décider et d’agir et de la lutte contre la stigmatisation de ces troubles