Pays de la Loire

Episodes de fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes (été 2019)

Actualité
Date de publication
Visuel
Alerte vagues de fortes chaleurs
Pendant les épisodes de fortes chaleurs ou de canicule, l’Agence régionale de santé rappelle les conseils pour se protéger et en particulier pour les personnes vulnérables.
Corps de texte

Comprendre

Selon l’âge, le corps ne réagit pas de la même façon aux fortes chaleurs.

Vagues de chaleur, quelles sont les ^personnes les plus vulnérables? Les personnes agées de plus de 65 ans, les personnes vivant avec un handicap ou malades à domicile, les personnes dépendantes, les femmes enceintes et les enfants

Les personnes âgées : Ma capacité d'adadaptation à la chaleur est réduite (réduction de la sensation de soif, des capacités de transpiration, de la perception de la chaleur) et je risque la déshydratation

Les enfants, les adultes : Mon corps transpire beaucoup pour se maintenair à la bonne température. En cas d'efforts trop intenses, je risque le coup de chaleur (hyperthermie)

Les personnes travaillant à l'exterieur : Exposé à la chaleur, mon corps transpire beaucoup pour se maintenir à la bonne température et en cas d'efforts trop intenses, je risque le coup de chaleur (hyperthermie).

En periode de canicule il y a des risques pour ma santé,quels sont les signaux d'alerte? crampes, fatigue inhabituelle, maux de tête, fievre + de 38°, vertiges et propos incohérents

Agir

Pour les personnes âgées :

Je mouille ma peau plusieurs fois par jour tout en assurant une légère ventilation et…

  • Je ne sors pas aux heures les plus chaudes
  • Je passe plusieurs heures dans un endroit frais ou climatisé
  • Je maintiens ma maison à l’abri de la chaleur
  • Je mange normalement (fruits, légumes, pain, soupe...)
  • Je bois environ 1,5 L d’eau par jour. Je ne consomme pas d’alcool
  • Je donne de mes nouvelles à mon entourage
  • Si je prends des médicaments, je n’hésite pas à demander conseil à mon médecin traitant ou à mon pharmacien

Pour les enfants et les adultes :

Je bois beaucoup d’eau et…

  • Je ne fais pas d’efforts physiques intenses
  • Je ne reste pas en plein soleil
  • Je maintiens ma maison à l’abri de la chaleur
  • Je ne consomme pas d’alcool.
  • Je prends des nouvelles de mon entourage

Pour les personnes travaillant à l’extérieur :

Je bois beaucoup d’eau et...

  • Je suis particulièrement vigilant pour mes collègues et moi-même
  • Dans la mesure du possible, je limite les efforts physiques en pleine chaleur
  • Je fais des pauses plus régulièrement
  • Je  me protège la tête
visuel été ministère
Indices biométéorologiques (IBM) utilisés par Météo-France pour l’été 2019 : Les indices biométéorologiques permettent d’évaluer les risques liés à une période de fortes chaleurs. Les chiffres indiqués dans le tableau ci-dessus sont issus d’une moyenne sur 3 jours consécutifs des températures minimales et maximales, identifiés comme étant les plus pertinents pour déterminer des épisodes de canicule.  Ainsi, une probabilité élevée d’atteinte ou de dépassement simultané des seuils par les IBM min et max pour

Du 1er juin au 15 septembre un numéro d'information du public "Canicule Info Service" est disponible gratuitement (du lundi au samedi de 9h à 19h) en cas d'épisode de fortes chaleurs

0 800 06 66 66

(appel gratuit depuis un poste fixe)

L'hyponatrémie ?

Diminution de la concentration en sel dans le sang

Les personnes âgées
Elles ne pourront compenser un apport trop important en eau, d’autant qu’à partir d’un certain âge la transpiration est altérée voire absente.

Les patients atteints de maladies chroniques
Dénutrition, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, insuffisance hépatique, insuffisance respiratoire (mucoviscidose), problèmes endocriniens (thyroïdiens, diabète…), cancers, troubles neuropsychiatriques…

Les patients qui prennent certains médicaments
Les diurétiques (souvent prescris pour une hypertension artérielle, des problèmes cardiaques ou rénaux) mais également les psychotropes (neuroleptiques et antidépresseurs).

Soyez vigilant !

  • Ne pas les hydrater par excès avec de l’eau seule (ceci est à la fois inutile et potentiellement dangereux) car d’autres aliments apportent aussi de l’eau.
  • Accompagner absolument la prise de boissons d’une alimentation variée, en fractionnant si besoin les repas, pour maintenir un apport de sel suffisant pour l’organisme (pain, soupes...).
  • Leur apporter une « transpiration artificielle » (mouiller régulièrement la peau et la ventiler).
  • Eviter les sorties à l’extérieur aux heures les plus chaudes.
  • Systématiquement faire réévaluer par le médecin les régimes (hyposodés) et traitements en cours (en particulier les diurétiques) pour juger de la pertinence du maintien ou de l’ajustement des doses au moment des grandes chaleurs.
Identifier les symptômes de l'hyponatrémie : fatigue anomale, nausées, vomissements, apparition récente de gonflements (oedèmes). Voir des signes plus graves : troubles de la conscience, confusion mentale, convulsions, coma.