Pays de la Loire

Epidémies hivernales : ayez les bons réflexes !

Actualité
Date de publication
Visuel
épidémies hivernales : adoptez la bonne attitude préventive
Quelques réflexes sont à suivre pour passer à travers les épidémies hivernales comme la grippe, comme se laver régulièrement les mains.
Du mois d'octobre au mois de mars, la recrudescence de pathologies hivernales (bronchiolite, gastro-entérite, grippe) mobilise fortement les services d’urgences des établissements de santé de la région Pays de la Loire. L’ARS tient à rappeler qu’il existe des alternatives aux urgences.
Corps de texte
  • Consulter en priorité le médecin traitant

Quand une personne est malade, le bon réflexe est de consulter son médecin habituel au plus vite. Cela évite bien souvent l’aggravation des symptômes.

Il est très important, lorsque cela est possible, de consulter en priorité un médecin de ville avant de se rendre à l’hôpital.

  • Téléphoner avant de se déplacer

Après 20h, la nuit, le week-end ou les jours fériés, aux heures de fermeture des cabinets médicaux, la permanence des soins ambulatoire (PDSA) est assurée. Pour joindre un médecin, appeler le 15 pour la Loire-Atlantique (15 ou 36 24 à Nantes et St-Nazaire), le 02 41 33 16 33 pour le Maine-et-Loire, le 02 43 64 33 00 pour la Mayenne, le 15 pour la Sarthe et le 02 51 44 55 66 pour la Vendée.

Cet échange téléphonique permet au médecin d’évaluer chaque cas pour trouver la solution adaptée. Il peut apporter un conseil médical ou orienter le patient vers un médecin de garde près de chez lui. En cette période, il est possible que les temps d’attente soient plus long qu’à l’accoutumée.

  • En cas d’urgence, ne pas hésiter

En cas de doute et si une vie est en danger, appeler immédiatement le 15 (SAMU). Au centre 15, un médecin évalue la situation et mobilise les moyens adaptés à l’urgence.

Affiche grippe 2016
Affiche d'information sur la grippe : En 2015, 77% des cas de grippe admis en réanimation étaient des séniors, des malades chroniques et des femmes enceintes.
Affiche grippe 2016
Affiche d'information sur la grippe : En 2015, 77% des cas de grippe admis en réanimation étaient des séniors, des malades chroniques et des femmes enceintes.

Aller plus loin

En savoir plus sur la bronchiolite

Chaque hiver, la bronchiolite touche près de 30 % des enfants de moins de 2 ans. C’est une maladie des petites bronches dûe à un virus répandu et très contagieux. Elle débute par un simple rhume et une toux qui se transforme en gène respiratoire, souvent accompagnée d'une difficulté à s'alimenter.

Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, le matériel sali par ceux-ci et par les mains.
Le rhume de l'enfant ou de l'adulte peut entrainer la bronchiolite du nourrisson.

  • Comment limiter la transmission du virus ?

Afin de prévenir la diffusion des virus, il est conseillé de recourir à des gestes simples permettant de limiter la transmission des microbes :

  1. Se laver systématiquement les mains à l’eau et au savon avant de s’occuper d’un bébé ;
  2. Eviter d’emmener le nourrisson dans des lieux publics où il pourra se trouver en contact avec des personnes enrhumées ;
  3. Eviter d’échanger les biberons, sucettes, couverts non nettoyés ;
  4. Aérer la chambre du nourrisson chaque jour ;
  5. Quand on est enrhumé, il est souhaitable de porter un masque (en vente en pharmacie) avant de s’occuper d’un bébé et d’éviter de l’embrasser sur le visage.
 
  • Que faut-il faire si l'enfant est malade ?
  1. Consulter un médecin

Si l’enfant présente des signes de bronchiolite (gêne respiratoire et difficulté à s’alimenter), il faut l’emmener voir rapidement son médecin traitant. En cas de difficultés à joindre le médecin traitant, ou en dehors des heures d’ouverture des cabinets médicaux, il faut composer le 15 pour avoir un avis médical afin d’orienter l’enfant de manière appropriée.

  1. Soigner l'enfant

Durant la maladie, voici les gestes à adopter pour favoriser la guérison de l’enfant :

  • Désencombrer le nez du nourrisson avec du sérum physiologique en cas de rhume ;
  • Coucher le bébé sur le dos en mettant un petit coussin sous son matelas pour le surélever ;
  • Donner régulièrement à boire à l’enfant ;
  • Aérer la chambre de l’enfant et veiller à ne pas trop le couvrir ;
  • Ne pas exposer l’enfant à la fumée du tabac.

L’enfant sera, dans la plupart des cas, guéri au bout de 5 à 10 jours et toussotera pendant 2 à 3 semaines.

Voir Aussi