Des difficultés de recrutement des services des urgences en Vendée

Communiqué de presse

Des services des urgences face à des difficultés de recrutement en Vendée dans
un contexte de forte activité.

Les établissements publics de santé en Vendée sont confrontés, comme au niveau national, à une situation inédite de difficultés de recrutement liée à la pénurie nationale de médecins urgentistes.

Le territoire vendéen où l’activité a doublé en une dizaine d’années, dispose de 7 services d’urgences dotés de 7 équipages de Structures mobiles d’urgence et de réanimation (SMUR) soit une structure d’urgence pour 100 000 habitants : Centre hospitalier départemental de la Vendée (La Roche-sur-Yon, Montaigu et Luçon), Centre hospitalier Côte de Lumière aux Sables d’Olonne, Centre hospitalier de Fontenay-le-Comte, Centre hospitalier Loire Vendée Océan à Challans et la Clinique Saint-Charles à La Roche-sur-Yon.

Les services des urgences comptent 71 équivalent temps plein de médecins urgentistes en Vendée pour un effectif cible de 100. Depuis 2016, 53 médecins urgentistes ont été recrutés sur le CHD Vendée. On compte ainsi sur les cinq dernières années, 70 arrivées pour 48 départs, ce qui reste encore insuffisant pour faire face à l’augmentation de l’activité, notamment en période estivale.

Cette augmentation de l’activité, essentiellement tirée par les consultations, est bien supérieure à l’évolution démographique en Vendée, et liée à un recours encore trop systématique aux urgences par la population, qu’il convient de sensibiliser à nouveau sur le recours au 15 et au 116 117.

Des recherches ont été réalisées sur l’ensemble des sites de manière active y compris auprès de CHU de Nantes à travers la bourse à l’emploi régionale et des centres hospitaliers de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres.

Face à cette situation, l’Agence régionale de Santé, le Centre hospitalier départemental, la Préfecture et le Conseil départemental de la Vendée ont engagé un travail conjoint pour conforter et consolider les effectifs à travers plusieurs pistes :

  • Création d’un poste de chef de clinique et arrivée de 6 docteurs juniors le 1er novembre 2021
  • Inciter les internes à venir en Vendée en leur facilitant l’accès au logement
  • Réflexion à mener avec la faculté de médecine de Nantes

Aller plus loin

Documents à télécharger