COVID-19 : la stratégie vaccinale

Actualité
Date de publication
Visuel
Un des moyens de faire face au virus, et qui constitue pour nous tous une véritable source d’espoir, c’est le vaccin.
Corps de texte

Objectifs et principes de la stratégie vaccinale :

La stratégie vaccinale mise en place doit nous permettre de remplir trois objectifs de santé publique :

  1. Faire baisser la mortalité et les formes graves de la maladie
  2. Protéger les soignants et le système de soins
  3. Garantir la sécurité des vaccins et de la vaccination

Elle repose sur trois principes :

  • Non obligatoire
  • Gratuité
  • Haute sécurité

 

Priorisation des publics :

La vaccination a débuté le 27 décembre et montera en puissance tout au long du mois de janvier.

Conformément aux recommandations de la Haute autorité de santé, la montée en puissance de la vaccination sur le territoire s’opère par étapes progressives pour assurer que la protection qu’offre la vaccination profite en priorité aux personnes qui en ont le plus besoin. La campagne de vaccination s’effectuera progressivement.

Pour la première phase, priorité aux personnes (résidents et personnels), personnes âgées à domicile les plus vulnérables face à la maladie.

La campagne de vaccination cible en priorité les personnes ayant une plus grande fragilité face à la maladie, en raison de leur âge, de co-morbidités, ou d’un risque accru de contamination.

Sont concernés pour la première phase de vaccination :

  • Les résidents en EHPAD et USLD,
  • Les personnes âgées séjournant dans les établissements de santé et en services de soins de suites et de réadaptation, et hébergées en résidences autonomie, résidences services, petites unités de vie, ainsi que dans les foyers de travailleurs migrants,
  • Les personnes vulnérables en situation de handicap hébergées en maisons d’accueil spécialisées et foyers d’accueils médicalisées,
  • Les professionnels de santé et les autres professionnels des établissements de santé et des établissements et services médico-sociaux intervenant auprès de personnes vulnérables, les aides à domicile intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables et les sapeurs-pompiers, lorsqu’ils ont plus de 50 ans et / ou des comorbidités.

Dès le 18 janvier 2021 :

  • Les personnes âgées de 75 ans et plus qui ne sont pas en établissement mais qui sont à domicile. Les  inscriptions se feront à compter du 14 janvier via Sante.fr et/ou par téléphone.  Par ailleurs, ces personnes recevront une invitation de la part de l’assurance maladie par courrier et/ou mèl pour les informer.
  • Puis les personnes âgées de 65 à 74 ans,
  • Puis les professionnels du secteur médico-social âgés de 50 ans et plus ou porteurs de maladies les exposants à des formes graves de Covid.

La vaccination des personnes volontaires sera effectuée par un médecin, un infirmier ou tout autre soignant habilité à le faire. La vaccination se fait en deux injections

Dans un avis en date du 7 janvier 2021, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a considéré qu’il était nécessaire de maintenir l’administration de deux doses de vaccins aux personnes vaccinées, et que le délai d’administration de la seconde dose pouvait être envisagé entre 21 et 42 jours au vu des circonstances actuelles spécifiques, afin d’élargir la couverture vaccinale des personnes prioritaires.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est positionnée le 5 janvier en faveur d’un intervalle entre les deux doses de Pfizer-BioNTech de 21 à 28 jours et, en cas de circonstances exceptionnelles, pour le fait d’allonger ce délai sans dépasser 42 jours. Dans ce contexte, la recommandation nationale est désormais la suivante :

  • Pour le vaccin Pfizer-BioNTech :

    • pour les personnes âgées hébergées en EHPAD et en ULSD, l’intervalle prévu reste de 21 jours ;
    • pour les autres personnes éligibles à la vaccination, l’intervalle recommandé est de 28 jours.
  • Pour le vaccin Moderna : l’intervalle recommandé est de 28 jours.

 

A partir du printemps : élargissement aux autres tranches de la population, susceptibles d’être infectées et non ciblées antérieurement.

  • Les personnes âgées de 50 à 64 ans,
  • Les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique (sécurité, éducation, alimentaire),
  • Les personnes vulnérables et précaires et des professionnels qui les prennent en charge ;
  • Les personnes vivant dans des hébergements confinés ou des lieux clos
  • Le reste de la population majeure.