Pays de la Loire

Canicule et fortes chaleurs en Pays de la Loire : ce qu’il faut savoir

Communiqué de presse
Météo France annonce un épisode de fortes chaleurs touchant notre région jusqu'à vendredi. Les départements du Maine-et-Loire, de la Mayenne et de la Sarthe sont particulièrement touchés. Pendant cet épisode de canicule, l’Agence régionale de santé rappelle les conseils pour se protéger et en particulier pour les personnes vulnérables.
Corps de texte

L’agence a également adressé des recommandations aux établissements sanitaires et médico-sociaux de la région.

Les effets sanitaires, en particulier hyperthermies et coups de chaleur, sont susceptibles de survenir lors de températures ponctuellement élevées, en dehors des périodes de canicule proprement dites.

Même si les personnes âgées restent les personnes les plus vulnérables, les hyperthermies concernent également les enfants et les jeunes adultes.

Pour éviter cela, il est conseillé de :

  • Boire régulièrement et fréquemment de l’eau sans attendre d’avoir soif;
  • Se rafraîchir et se mouiller le corps - au moins le visage et les avants bras -plusieurs fois par jour;
  • Manger en quantité suffisante;
  • Ne pas boire d’alcool;
  • Passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, etc.);
  • Eviter de sortir aux heures les plus chaudes;
  • Limiter les efforts physiques;
  • Maintenir son logement frais (fermer les fenêtres et les volets la journée, les ouvrir le soir et la nuit s’il fait plus frais);
  • Donner régulièrement des nouvelles à ses proches et, dès que nécessaire, demander de l’aide.

Canicule Info service

Depuis lundi 24 juin, le Ministère des Solidarités et de la santé a activé la plateforme téléphonique d’information du public « Canicule Info Service ».

Ce numéro vert, accessible au 0800 06 66 66 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, du lundi au vendredi de 9h à 19h) permet d’obtenir des recommandations sur la conduite à tenir en cas de fortes chaleurs.

Un risque à ne pas négliger : le risque d'hyponatrémie

A côté des hyperthermies et déshydratations, de nombreux cas de passages aux urgences pour pathologies liées à la chaleur sont liés à l'hyponatrémie. Le risque d'hyponatrémie est dû souvent à un apport d'eau trop important pour certaines personnes à risque (personnes âgées, malades chroniques, personnes prenant certains médicaments.)

Identifier les symptômes de l'hyponatrémie : fatigue anomale, nausées, vomissements, apparition récente de gonflements (oedèmes). Voir des signes plus graves : troubles de la conscience, confusion mentale, convulsions, coma.

Des conseils pour les plus fragiles

  • Personnes âgées, handicapées ou fragiles isolées : incitez-les à s’inscrire sur la liste mise à leur disposition par chaque mairie afin de recevoir le soutien de bénévoles, et prenez de leurs nouvelles très régulièrement.
  • Nourrissons et jeunes enfants : veillez à les protéger en permanence de la chaleur (éviter les sorties aux heures les plus chaudes, les faire boire et les hydrater régulièrement, leur faire porter chapeau et lunettes de soleil et leur appliquer de la crème solaire). Ne les laissez jamais dans une pièce mal ventilée ou un véhicule, même pendant une très courte durée.
  • Travailleurs : buvez beaucoup d’eau, plusieurs fois par jour. Soyez vigilants pour vos collègues et vous-même. Protégez votre peau du soleil, et si vous vous sentez mal, signalez-le rapidement.
  • Sportifs : évitez l’activité physique aux heures les plus chaudes de la journée.
  • En cas de maladies chroniques ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses, par exemple), n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant ou votre pharmacien.

 

Besoin d'un médecin de garde ?

Faites le 116-117

une réponse médicale vous sera apportée

En cas d'urgence vitale faites le 15

Des recommandations adressées aux établissements sanitaires et médico-sociaux de la région

Le dispositif canicule national est activé depuis le 1er juin 2019 (et jusqu’au 15 septembre). Ce dispositif national qui est activé tous les ans définit les différents niveaux d’alertes des épisodes de chaleur (du vert au rouge) et les actions qui y sont associées, afin de prévenir et limiter les effets sanitaires de ces épisodes de chaleurs.

Plus d’informations sur ce dispositif sur le site du Ministère des solidarités et de la santé

Indépendamment des vagues de chaleurs prévues cette semaine, l’ARS Pays de la Loire (et plus particulièrement le département « Veille sanitaire et situations sanitaires exceptionnelles » et nos délégations territoriales) se mobilise donc à l’activation du plan et communique auprès des établissements sanitaires et médico-sociaux, rappelant  la mise en place du dispositif, les éléments de communication disponibles et les recommandations principales à mettre en œuvre.

Par exemple, dans le cas des établissements médico-sociaux :

  • l’existence d’une pièce rafraîchie ;
  • la désignation d’un référent canicule ;
  • le cas échéant, l’accessibilité des dossiers médicaux des personnes hébergées ou l’existence d’un dossier de liaison d’urgence (DLU) ;
  • la possibilité de transmettre au préfet de département la liste des établissements bénéficiant d’une pièce climatisée et pouvant accueillir des personnes à risque vivant à domicile en cas d’épisode de canicule…

De plus, les établissements sont invités à nous signaler les difficultés qu’ils pourraient rencontrer pour assurer la prise en charge des résidents lors de la période estivale (directement sur notre site Internet).

C’est ensuite, l’activation, par les préfets de département, du plan départemental canicule (niveaux d’alerte orange ou rouge) qui conditionnera la mise en place de nouvelles actions de prévention et de gestion (voir le descriptif des niveaux sur le site du ministère).

Durant un pic de chaleur les signaux d'alerte sont :des crampes ; une fatigue inhabituelle ; des maux de tête ; des vertiges ; des propos incohérents ou de la fièvre dépassant les 38 degrés.

Les préfectures de Maine-et-Loire, Mayenne, et Sarthe ont activé leur niveau 3 du plan canicule.
La préfecture de Loire Atlantique est à  ce stade en pré-alerte. L’ARS a transmis des consignes aux établissements de santé et établissements médico-sociaux.
La préfecture de Vendée a activé le niveau 2 « avertissement chaleur » du plan de gestion d’une canicule.

Un message de la Direction générale de la santé a également été adressé aux médecins libéraux vendredi, avec des recommandations sanitaires.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Contacts presse :

 

Service communication

06 78 26 56 94

ars-pdl-communication@ars.sante.fr